Nous contacter Rechercher
Visitez le site de la ville de BeauvaisBienvenue sur le site de la ville de Beauvais

Site officiel de l'agglo du Beauvaisis

Newsletter    
Newsletter de l'Agglo du Beauvaisis

Partage La restauration de la Maladrerie


Le passage du XXe au XXIe siècle marque un véritable renouveau pour la maladrerie qui fait l'objet d'importants travaux de restauration. Situé aux portes de la ville et au cœur de Voisinlieu, ce magnifique joyau, exceptionnel héritage de l'architecture hospitalière du Moyen Âge, méritait cette réhabilitation d'envergure.

Depuis sa fondation, attribuée à l'évêque de Beauvais au début du XIIe siècle, jusqu'à aujourd'hui, la Maladrerie a traversé les siècles en conservant son architecture remarquable, à la fois imposante et rassurante. Et cela, même si, à certaines périodes de l'Histoire, elle semble avoir fait l'objet d'un certain désintérêt, voire d'une « désaffection progressive » comme cela a pu être le cas au XVIIe siècle.

Il n'était pas possible de laisser péricliter un tel chef d'œuvre. L'initiative de sa réhabilitation a permis de partir à la redécouverte de ce remarquable ensemble hospitalier, parmi les mieux conservés d'Europe du Nord. Autrefois destiné à soigner les lépreux et les pestiférés, il est aujourd'hui bien loin de sa vocation première. Lieu à vocation touristique et culturelle, il accueille désormais concerts, expositions et séminaires. Ses trois hectares de superficie révèlent des vestiges d'exception dont l'intégralité est classée ou mise à l'inventaire des Monuments Historiques.

D'importants travaux de restauration

Travaux à la maladrerieEn 2000, l'ensemble des parcelles et des bâtiments regroupant l'ancienne Maladrerie, était à l'état d'abandon, à l'exception de l'habitation. Certaines parties étaient en péril. Des restaurations avaient cependant été amorcées depuis 1979 sur la chapelle, la grange, le logis de la communauté et le mur de clôture. Un peu plus tôt encore, en 1939, des travaux d'urgence avaient permis de réparer le clocher à bâtière de la chapelle, partiellement effondré. Cette dernière est dédiée à Saint Lazare, patron des lépreux, et représente un remarquable témoignage de l'art roman dans le Beauvaisis. La Ville de Beauvais est devenue l'unique propriétaire de l'ensemble du site en 2002 et a réuni les trois zones (agricole, religieuse et sanatoriale) en une seule parcelle sur le plan cadastral.

L'année suivante, l'Architecte en Chef des Monuments Historiques a été missionné pour assurer la restauration de la première tranche des travaux (grange, bergerie et annexes, murs de clôture, bâtiments d'habitation de la ferme et abords) dont le montant global s'élève à 5 millions d'euros. En 2005, la Maladrerie a été reconnue d'intérêt communautaire et mise à la disposition de l'Agglomération du Beauvaisis dont le conseil communautaire s'est engagé dans le processus des travaux de rénovation de la ferme et de ses abords.

Travaux à la maladrerieLe 11 octobre 2008, la grange a été inaugurée après un vaste chantier de réhabilitation et est devenue le lieu privilégié de concerts, spectacles, congrès et séminaires.
Depuis cette date, les travaux se poursuivent avec l'aménagement des abords de la maladrerie et l'inauguration du jardin d'inspiration médiévale en septembre dernier.

Ce grand projet de réhabilitation a requis un formidable déploiement d'énergies et de moyens pour parvenir une véritable renaissance de la maladrerie. Patrimoine d'exception en Beauvaisis, la maladrerie Saint-Lazare reprend vie et offre un nouvel et bel élan au quartier Voisinlieu.



Les parties concernées par la 1ère phase des travaux :

La grange (740 m2) :
Entièrement structurée et équipée pour accueillir des manifestations à vocation principalement culturelle.
Détail des travaux :
- Les façades : restauration à l'identique des murs intérieurs et extérieurs
- La couverture : isolation thermique
- Le sol : mise en place d'un dallage suivant la pente naturelle du terrain
- Le chauffage : mise en place d'un chauffage de base intégré dans le sol
- L'éclairage : éclairage de la salle et mise en valeur de la charpente
- La menuiserie : création d'un sas et d'un vestiaire, restauration des portails
- Le traitement acoustique
- Les aménagements scéniques et techniques extérieurs.

La bergerie (250 m2) :
Son extension correspond à son emprise d'origine, soit jusqu'en limite de la grange. L'ensemble accueille la billetterie, les sanitaires pour le public, l'office de remise en température, un local pour le rangement du mobilier indispensable aux diverses manifestations ainsi que vestiaires, sanitaires et loges pour les artistes.
Détail des travaux :
Restauration à l'identique des façades ;
Couverture en tuiles plates sur isolation thermique ;
Aménagements intérieurs (distribution plafond-sol-chauffage en fonction des affectations).

le jardin d'inspiration médiévale riche de plantes à vocation alimentaire, médicinale ou d'agrément et ressuscitant, entre autres, la vigne de la maladrerie [plus d'infos]

Les Abords (9 350 m2)
Un soin particulier a été donné à l'environnement de l'enclos de la Maladrerie. Il s'agit de mettre en valeur :
la restauration des murs d'enceinte dont une partie est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques ;
la réfection de la mare à l'identique ;
et l'évocation des bâtiments disparus (ancienne ferme, colombier).

la mare



La 2nde phase concernera :

La maison du fermier (édifice classé - 113 m2) :
Elle abrite les bureaux de l'administration, une salle de réunion, les archives et les sanitaires. Les travaux concernent les façades et la couverture (restauration à l'identique) et les aménagements intérieurs

la chapelle (édifice classé)

le bâtiment de l'administrateur (édifice à l'Inventaire)

les vestiges de l'ancienne léproserie située hors de l'enceinte (sud-ouest)

les vastes terrains intra-muros





Partager cet article
Retour à la page précédente   Haut de page