Nous contacter Rechercher
Visitez le site de la ville de BeauvaisBienvenue sur le site de la ville de Beauvais

Site officiel de l'agglo du Beauvaisis

Newsletter    
Newsletter de l'Agglo du Beauvaisis

Partage Compostage domestique


Le compostage domestique : une astuce pour réduire le poids de sa poubelle !

Le compostage est un processus naturel ! Des millions de micro-organismes (champignons, bactéries ...) et les animaux du sol (insectes, lombrics ...), en se nourissant des matières organiques, vont les transformer en compost ! C'est pourquoi l'eau et l'oxygène sont importants pour leur développement.

La Communauté d'Agglomération propose des composteurs à prix réduit afin que chacun puisse s'engager dans une démarche plus soucieuse de l'environnement., Cliquez ICI

Réaliser son compost

Que peut-on composter ?
Potentiellement TOUT ce qui est composé de matière organique naturelle !
Il faut bien veiller à mélanger les déchets verts avec les déchets bruns pour que la décomposition s'effectue dans de bonnes conditions.

Les déchets « verts » ( fleurs fanées, tontes, restes alimentaires…)
Riches en azote, frais et gorgés d'eau.

Les déchets « bruns » (feuilles mortes, branchages coupés en petits morceaux afin que la faune puisse avoir plusieurs angles d'attaques).
Riches en carbone, plus secs et rigides.





Déchets de la maison

Déchets "verts" = riche en eau
- Epluchures
- Restes de légumes et de fruits
- Champignons
- Filtre et marc de café
- Sachets de thé (sans les agraphes)
- Restes de repas (riz, pâtes ...)

Déchets "bruns" = secs
- Papier journal
- Papier essuie-tout
- Petits cartons ...
Déchets du jardin

Déchets "verts" = riches en eau

- Fanes de fleurs et légumes
- Tontes de gazon
- Fumier (des herbivores) ...



Déchets "bruns" = secs
- Feuilles
- Rameaux et petites tailles
- Ecorces, copeaux de bois ...



A éviter...

Les déchets déconseillés
:
- Déchets trops grossiers (diamètre > à 2-3 cm),
- Toutes plantes malades ou traitées chimiquement,
- Excréments d'animaux carnivores,
- Couches et cotons souillés,
- Cendres, sciures et poussières,
- Os, arrêtes, coquilles de crustacées,
- Noyaux,
- Trognons de choux, feuilles de laurier, lierre, sapin et thuya (résistants, pour les composter il faut les broyer très finement),
- Feuilles de noyer (toxines),
- Cigarettes,
- Gravats, plâtre, terre, graviers, sable ...

 

Humidité du compost
Il est important que vous contrôliez l'humidité de votre compost.
Pour vérifier qu'il est satisfaisant, comprimez une poignée de compost dans votre main. Si des perles d'eau commencent à apparaître le taux d'humidité est bon. Si le compost est trop sec, les bactéries meurent et seuls les champignons continuent à travailler. Vous verrez alors apparaître des filaments mycéliens blancs. Dans ce cas arrosez votre compost. Vérifiez également que l'aération n'est pas trop importante (espace entre les planches,…), que l'emplacement n'est pas trop venteux. Vous pouvez couvrir votre tas de compost avec une bâche après l'avoir arrosé, elle gardera l'humidité.
Attention à l'inverse de ne pas trop humidifier votre compost. En effet, un excès d'eau diminue la quantité d'air disponible dans le volume de compost.

 

Aération - Mélange
L'aération est un facteur essentiel puisque le compostage est un processus aérobie.
La mauvaise aération du tas de compost est la principale raison d'un compostage lent, partiel, hétérogène ou mal odorant. On estime que l'air devrait occuper au moins 50% du volume du tas. Pour cela, il faut mélanger le tas le plus souvent possible (toutes les 4 à 6 semaines) pour assurer une bonne aération. En effet, les bactéries responsables de la dégradation du compost doivent être dans des conditions aérobies, c'est-à-dire en présence d'oxygène pour pouvoir respirer. En dégradant, elles produisent de la chaleur. Il est important de bien aérer le tas de compost pour apporter l'oxygène aux bactéries et pour maintenir une température autour de 70°C. En effet, une trop forte température entraîne la mort des bactéries et l'activité microbienne serait alors stoppée.
Attention, le premier mélange ne doit être réalisé que 2 à 4 semaines après la mise en tas des déchets. Vous évitez ainsi de faire redescendre la température et sauvegardez l'activité des bactéries. Avec une fourche, ramenez les couches inférieures sur le dessus. C'est le moment d'y incorporer des activateurs naturels (urine, fumier de volaille, poudre d'algue, poudre d'os marine) qui stimulent l'activitéd'air disponible dans le volume de compost.

 

Quand le compost est-il prêt ?
Il peut être mûr au bout de 3 à 6 mois au printemps/été ou 6 à 9 mois en automne/hiver s'il est bien isolé et retourné régulièrement. Certains composteurs permettent même la réalisation d'un compost de qualité en 4 à 6 semaines seulement !
Le compost est prêt lorsqu'il sent la terre forestière, l'humus et s'effrite facilement. Retirez-le par la base et incorporez-le au pied des plantes ou dans les trous de plantation. Attention à ne pas l'enterrer mais à l'incorporer de façon superficielle. Epandre 30 à 70kg de compost pour une surface de 100m², trois fois par an. A la fin du compostage le tas aura perdu 2/3 de son volume initial, mais il sera concentré en éléments nutritifs.

 

Téléchargement :

 
Télécharger au format PDF   Télécharger au format PDF


Partager cet article
Retour à la page précédente   Haut de page